Portail Environnement de Wallonie

L'histoire des massifs forestiers spadois

Durant le moyen-âge, la grande forêt ardennaise s'étendait à perte de vue dans nos contrées.

A partir du XIIIème siècle, l'accroissement démographique eut pour conséquence un renforcement des droits d'usage dans les bois. L'exercice de ces droits, d'usage, qui n'allait pas sans abus, notamment sous l'influence des charbonniers et de l'industrie naissante du fer, conduisit progressivement à une dégradation du patrimoine forestier.

Des paysages ouverts, semi-naturels, appelés "Fagnes" apparurent.

C'est ainsi qu'au XIXème siècle, la Commune de Spa hérite de vastes étendues boisées fortement dégradées et de landes ouvertes.

Les droits d'usage traditionnels de l'ancienne économie étaient tombés peu à peu en désuétude, mais les belles forêts étaient ruinées et les Fagnes s'étalaient d'une façon continue sur toute la crête. Seuls subsistaient quelques lambeaux de vieux bois échappés de justesse à la cognée des exploitants forestiers.

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, la Commune décida de reconstituer les massifs forestiers disparus ou dégradés suite aux exploitations abusives des siècles passés. Les premiers résineux exotiques furent ainsi introduits à titre d'essai d'abord, à grand échelle ensuite.

Malheureusement, ce patrimoine forestier communal spadois en reconstitution fut par la suite l'objet de ventes successives.

En effet, en 1903, la ville de Spa, en époque de gloire et cependant en mal d'argent frais, vendit à l'Etat un e partie de la forêt du nord de Spa. D même, peu avant la guerre 1914-18, les besoins financiers de la Commune obligeaient celle-ci à l'aliénation de la plus grande partie de ses forêts. La Ville de Spa, par ce même acte de vent, eut cependant l'heureuse présence d'esprit de conserver la propriété des sources dans l'entièreté du massif vendu.





Home - Haut de page