LA GESTION DURABLE EN FORET WALLONNE

A. UNE FORET VARIEE EN CONSTANTE EVOLUTION

2. Capital sur pied et évolution


Le volume de bois fort sur pied a été déterminé avec précision en 1984 par l'Inventaire permanent des ressources ligneuses, tant pour la forêt soumise que privée et une mise à jour rapide permet d'apprécier l'évolution du matériel sur pied au cours des dix dernières années:

Tableau 7: évolution des volumes sur pied (milliers de m³).
  SOUMIS NON SOUMIS TOTAL
1994 1984 1994 1984 1994 1984
RÉSINEUX 27.616 27.262 33.080 32.578 60.696 59.840
FEUILLUS 25.589 24.995 19.117 20.360 44.706 45.355
TOTAL 53.205 52.257 52.197 52.938 105.402 105.195

Ces chiffres montrent une stabilité évidente du volume total sur pied: compte-tenu de la stabilité des surfaces et de l'importance exceptionnelle des chablis de 1990, on peut conclure que la sylviculture pratiquée tend à capitaliser le matériel, surtout en résineux.

A plus long terme, les anciens recensements permettent seulement d'évaluer cette évolution, due à la conjonction de plusieurs facteurs: conversion des taillis et taillis-sous-futaie, capitalisation en futaie, vieillissement des futaies résineuses et de certains taillis situés dans des conditions difficiles.

La simple application des volumes à l'hectare mesurés en 1984 (205 m³/ha en futaie feuillue, 167 m³/ha en taillis-sous-futaie et 71 m³/ha en taillis, 262 m³/ha en résineux) aux surfaces forestières donne une estimation grossière de 62 millions de m³ en 1895 et 79 millions en 1929; par contre, si on utilise les volumes à l'hectare renseignés en 1950, les estimations sont de 24 millions de m³ en 1895 et 32 millions de m³ en 1929.

Le capital sur pied a donc augmenté, dans des proportions qu'il n'est pas exagéré d'évaluer à un triplement en un siècle et à un doublement depuis 1929.

Retour à la table des matières
Table des matières