• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Get Adobe Flash player
vous êtes ici : Indicateurs > Emploi > Métallurgie

L'emploi dans la métallurgie et le travail des métaux

L'industrie métallurgique, industrie lourde nécessitant une main d'œuvre nombreuse, est le deuxième employeur privé wallon en 2013. Il emploie, selon l'Institut des Comptes Nationaux (ICN), plus de 26 400 personnes en Wallonie soit plus de 19% de l'emploi industriel direct en Wallonie hors activités de captage, traitement et distribution d’eau (NACE Rev.2 sections B, C, D et E hors division NACE 36).

Le travail des métaux et sidérurgie - premiers employeurs du secteur

L'emploi dans la métallurgie et le travail des métaux en Wallonie en 2013

voir Tableau

Source : ICN/BNB (données 2013) inventaire 2015
Évolution de l'emploi dans la métallurgie wallonne de 2003 à 2013[1]

voir Tableau

Source : ICN/BNB (données 2013) inventaire 2015

En 2013, les activités de fabrication de produits métalliques à l’exception des machines et des équipements (cfr. secteur métallurgique Nace Rev. 2 division 25) fournissent plus de la moitié de la main d'œuvre salariée du secteur (64%). Cette branche d'activités est surtout déployée dans le traitement et le revêtement des métaux et l’usinage (NACE 25.6) qui occupent 16% de l'emploi salarié fourni par le secteur. La fabrication d'éléments en métal pour la construction (division 25.1) et la fabrication de générateurs de vapeur (division 25.3) sont également fort présentes. Elles emploient 13% et 11% de la main d'œuvre salariée du secteur (ONSS données décembre 2014).

Le nombre d’emploi salarié dans la métallurgie (division 24) est en diminution depuis 2003 en Wallonie. Cette activité fournit 36% de l'emploi sectoriel. Cette importance est liée à la forte présence, au sein de cette activité, de l'industrie sidérurgique (NACE 24.1) qui, malgré la crise, demeure l'employeur dominant de cette branche (NACE 24) avec un peu plus de 6 200 postes de travail offerts (données ONSS). Sont également bien déployées sur le territoire les activités de fonderie (NACE 24.5) avec 6,1% de l'emploi salarié du secteur (ONSS décembre 2014).  

Un effectif salarié en recul

Selon l'ICN, l'emploi de l'industrie métallurgique connaît une baisse marquée (-21%) depuis 2003. Cette évolution est le fruit de tendances diverses:

  • La fabrication de produits métalliques réduit son volume d’emploi de 10% entre 2003 et 2013 en lien avec celui de son activité;
  • l'emploi en métallurgie y compris la sidérurgie décroît considérablement (-35% depuis 2003) suite aux crises qui ont fortement touché ce secteur en particulier;
  • depuis 2002, les seules cokeries encore en activité sur le territoire étaient celles couplées aux activités sidérurgiques. En 2014, la dernière cokerie de Wallonie a fermé ses portes.

Gros plan sur l'emploi sidérurgique

La baisse considérable du volume d'emplois offerts dans la sidérurgie depuis plus de vingt-cinq ans résulte, d’une part, des importantes restructurations qu'elle a subies (pour plus de précisions voir évolution de l'activité sidérurgique) et d’autre part de la crise qui a touché le secteur. Selon les données de l'ONSS, de 2008 à 2013, la sidérurgie a perdu plus de 41% de ses postes de travail.


Notes
[1]La cokéfaction et raffinage n'est pas représenté aussi car ce sous-secteur représente un nombre d'emplois très faible par rapport au reste du secteur et ses varations indicielles faussent la lecture des courbes des autres sous-secteurs)